L'histoire du canapé

L’histoire du canapé

Pièce maîtresse du salon, le canapé est un meuble où il y fait bon se reposer et partager un moment en famille ou entre amis. Il se décline de bien des manières, si bien qu’aujourd’hui, il existe une abondance de modèles. Convivial, pratique et considéré par beaucoup comme indispensable, le canapé ne cesse de se réinventer.

Canapé SADOVYE KVARTALY de Behance
via SADOVYE KVARTALY by Behance

Du moustique au canapé :

Ce meuble longiligne, composé de plusieurs places, d’un large dossier et d’accotoirs, a une réputation bien assise. Pourtant, son étymologie est souvent mal connue alors que son origine et des plus intéressante.

Le mot canapé trouve ses racines autour d’un insecte de la famille des culicidés : le moustique. Durant la Grèce antique, les moustiques étaient appelés Kônôps. Pour s’en prémunir les Grecs avaient imaginé un voilage attaché autour du lit, sorte de moustiquaire, qu’ils avaient baptisé Kônôpeion, latinisé sous le terme de Canapeum, il sera francisé au XIIe siècle sous l’appellation Conopé (rideau de lit).

C’est ainsi, qu’au XVIIe siècle le canapé apparaît progressivement chez les puissants de ce monde. Le lit se transforma en un large siège adossé avec accotoirs (siège à bras) et le rideau disparaît pour devenir une « sorte de lit de repos », comme le définit l’Académie française en 1694.

chambre du roi Louis XIV
via Les Femmes de Versailles

Le lit ou le canapé ?

Le canapé dans sa forme actuelle n’est apparu qu’au courant du XXe siècle. Cependant, il est le résultat d’une longue évolution, trouvant ses racines au sein de la Grèce antique.

Le mobilier de cette époque était généralement constitué de tables, de sièges, mais aussi de lits. Ce dernier, représente le fondement de notre future assise. Les citoyens les plus aisés de cette époque avaient généralement dans la salle de réception de la domus une sorte de lit de table appelé klinê.

Ce mobilier, ancêtre du canapé méridienne, pouvait accueillir chacun jusqu’à trois convives et était fabriqué en marbre, en métal ou en bois, avec des pieds sculptés et pourvu d’une assise rembourrée avec des plumes ou de la paille.

Klinê romaine
via Musée de Zaragoza

Généralement au nombre de trois, elles étaient disposées en U autour d’une ou plusieurs tables (mensa) dans le triclinium, sorte de salle de réception et à manger, où la famille et les convives festoyaient et dont les romains ont récupéré la coutume. Grâce aux fouilles archéologiques, ces moments de partage sont aujourd’hui bien connus et on les retrouve également sur des sculptures, peintures et mosaïques romaines.

Klinê mosaïque romaine
via le château de Boudry

Par la suite, les premiers lits de repos apparaissent sous le style Louis XIII (1610 – 1661), s’apparentant aux méridiennes, ils étaient assimilés au confort et à la puissance. Par ailleurs, les dames recevaient leurs convives allongées sur ce mobilier, propice à la conversation et au repos.

Lit de repos
via Metropolitan Museum of Art – New-York
gravure d'un lit de repos
via Victoria and Albert Museum

Il faut savoir qu’à cette époque les canapés étaient encore relativement rare. Cependant, le siège à bras, ancêtre du canapé, connait alors son apogée. Traditionnellement sobre, il était conçu avec une structure en bois massif, des assises et des dossiers rembourrés, et couvert d’un revêtement en tissu, en tapisserie ou bien en cuir repoussé. Ce modèle va progressivement évoluer durant cette époque pour accueillir en finalité plusieurs places assises et prendre la forme qu’on lui connaît.

Durant le règne du Roi Louis XIV (1661 – 1715) l’ameublement va changer, se caractérisant par un style faste et riche : le style Louis XIV. La marqueterie devient prépondérant et le canapé s’en voit doté, mais l’assise devient plus rigide et moins confortable, obligeant une position plus droite, tout en proscrivant peu à peu celle allongée.

gravure canapé deux places
via Victoria and Albert Museum

Enfin assis :

Le style Louis XV (1723 – 1750), caractérisé notamment par une recherche de confort, offre une modification certaine au style du canapé qui s’affine et s’arrondit. Tout d’abord, le meuble devient plus léger et moins encombrant afin de le déplacer plus facilement. Cette modification peut être expliquée par son introduction progressive au sein de la bourgeoisie et de la noblesse dans ce que l’on nomme « les salons littéraires ».

La lecture de Molière, Jean François de Troy, vers 1728.
via Übersicht

Dans cette logique, où savants ainsi qu’hommes et femmes de lettres se réunissent pour discuter, partager et profiter d’un moment convivial, le dossier a été modifié pour être davantage incurvé et épouser la courbure du dos. D’autre part, l’assise devient moins profonde, de façon à ne pas s’allonger, tout en étant bien plus rembourrée et confortable.

Cette période est aussi inspirée par la nature, si bien que les couleurs pastel et les tissus aux motifs floraux recouvrent les assises et les piètements et se parent de nombreux ornements sculptés. Une grande partie du XVIIIe siècle a été marquée par de grands changements dans l’art de l’assise collective, offrant au canapé une place prépondérante dans les salons et un grand confort, à l’image du canapé deux places, très prisés durant ce siècle.

Canapé deux places style Louis XV
via Artcurial

Toutefois, le retour au classicisme à travers le style Louis XVI (1774 – 1785) a supprimé les courbes et donné au dossier un angle plus abrupt. Par la suite, le style Directoire (1795 – 1803) a rendu ce meuble plus sobre, simplifiant les formes tout en s’inspirant des styles étrangers : art romain et art égyptien.

Canapé directoire en acajou
via Anticstore

Parallèlement, en Angleterre, la fin du XVIIIe siècle marque la création du canapé Chesterfield et de son capitonnage, suite à une commande de Lord Philip Stanhope ( quatrième comte de Chesterfield) , qui est aujourd’hui toujours à la mode.

Ensemble Chesterfield
via Retro Boutique

Une popularité grandissante

Lors du style Empire (1803 – 1821), qui prend racine sous la direction de Napoléon Ier, le canapé évolue et devient excessivement ornementé et recouvert de tissu, comme le satin, le taffetas ou encore le cachemire et le velours. Les essences de bois, comme l’acajou, le noyer, l’érable, le tilleul ou le frêne sont très répandues et le jaune or, le vert ou encore le pourpre sont les couleurs prédominantes de ce style. Cette époque marque également l’apogée du canapé méridienne et du lit de repos, alors considéré comme un meuble raffiné et confortable.

Lit de repos à la sultane époque Empire
via Aticstore

Postérieurement, le canapé va connaître un succès encore jamais égalé durant la Restauration (1815 – 1830). Cette période, où la monarchie est rétablie en tant que régime politique en France (gouverné par Louis XVIII puis Charles X), va offrir un confort grandissant à cette assise ainsi qu’une plus grande souplesse et, par voie de conséquence, une plus large popularité.

Cette réputation va permettre aux artisans du début du XXe siècle de créer des canapés aux formes et conceptions nouvelles, tout en les destinant à une production industrielle, entrainant une baisse des prix, les rendant ainsi plus accessibles aux foyers modestes. Une volonté de renouveau se met en place avec un mobilier n’adoptant ni les décors, ni les formes du passé. Davantage moderne et compacte, la structure en bois se fait plus légère, moins visible et les formes plus ondulantes. Parallèlement, les dossiers, les assises et les accotoirs se font plus confortables et le tout est recouvert de tissu ou de cuir aux inspirations végétales. Cette modification stylistique, dénommé Art Nouveau (1890 – 1910), est encore plus visible durant la période Art déco (apogée : 1920) au regard des époques pré-Restauration. 

Canapé style Art Nouveau
via Alainrenaud

Le maître du salon :

Véritable transformation stylistique, l’Art déco (1910 – 1930) est un mouvement d’envergure internationale, posant les jalons du design. Le canapé, devenu déjà populaire, se diversifie dans sa forme et son style, tout en gardant les préceptes du style Art déco : un meuble ordonné et géométrique. Par ailleurs, les couleurs du revêtement de ce meuble s’uniformisent et cette période ouvre les portes aux canapés contemporains.

Canapé style Art Déco 1920
via Pamono

Parallèlement, les espaces de vie domestique se transforment et la cuisine, élément central de la maison, laisse progressivement sa place au living room importé des États-Unis dans les années 1950. C’est ainsi que le salon prend une place prépondérante, où il y fait bon recevoir, et cela autour de sa pièce maîtresse : le canapé.

Les années 70 vont amplifier ce phénomène avec la popularisation de la télévision dans les foyers, qui regroupe amis et famille sur le canapé pour partager un moment audiovisuel. C’est à cette même période que de nombreux canapés sont réinventés, à l’image du modèle Chesterfield qui, en 1968, est redessiné par le designer Quasar Khanh avec la collection Aerospace. Inspiré de la conquête spatiale, Khanh confectionne une ligne unique de mobilier gonflable dont l’assise Chesterfield en PVC et anneaux métallique.

quasar khanh aerospace 1968
via Velvet Galerie

De manière générale, les canapés ont gagné en confort et la structure peut être dorénavant faite en aggloméré, en métal, ou en bois massif. Une grande variété de formes, de couleurs et de revêtements ont fait leur apparition et le rembourrage, en paille, plume ou crin, a laissé place à la mousse, plus confortable et épousant mieux les formes du corps. Conjointement, le XXIe siècle est marqué de grands noms du design, tels que Philippe Starck, Éric Berthes ou bien Jean Nouvel, qui ont réinventé cette assise à l’image du canapé 241 Privè Divano de Philippe Starck :

canapé 241 Privè Divano de Philippe Starck
via Cassina

Ce siècle nous offre une palette de forme, comme le canapé d’angle, le canapé droit, le canapé modulable, la méridienne ou bien le canapé borne ainsi qu’une multitude de revêtements : cuir, tissu, coton, polyester, velours

Par ailleurs, les mœurs évoluent et le gain de place en fait partie. Ainsi, les canapés convertibles sont en vogue et ils en existent de plusieurs sortes, tel le canapé-lit qui contient un matelas dissimulé sous les coussins de l’assise ou bien comme son cousin le clic-clac qui, en rabattant le dossier vers l’arrière, se transforme en lit deux places et pour finir le BZ qui se déplie en accordéon.

Ce large choix vous donne la possibilité d’avoir un canapé personnalisé, à votre image et qui s’insère parfaitement dans votre espace. Comme nous pouvons le constater, l’histoire de cette assise longiligne remonte à des temps anciens. Son modèle a persisté et évolué à travers le temps pour devenir un meuble avec plusieurs places et contenant un large dossier et des accotoirs confortables afin de s’y lover ou de profiter de moments conviviaux.

Canapé d'angle
via Seanroyale

L’univers du canapé est vaste, si vaste qu’une multitude de modèle existe aujourd’hui. Ainsi, si vous êtes à la recherche d’un nouveau canapé mais qu’il vous est difficile de choisir parmi tous les modèles, Decofinder vous a concocté un guide d’achat sur le canapé, comment bien le choisir en 10 points.

Canapé Boston, divano di Pianca
via Boston Sofa
Top↑